Skip to content

Composition Dissertation Histoire

Lisez le sujet avec soin et précision. Vérifiez que vous avez une compréhension claire de chaque terme, afin de bien cerner de quel thème (quoi ?) il est question, dans quel espace (où ?) et à quelle époque (quand ?) si il s’agit d’un sujet d’histoire (l’époque est toujours la même en géographie, elle concerne toujours l’état du monde actuel, on y fait bien sûr référence au passé, mais uniquement comme élément explicatif des faits actuels).

Soyez attentif à l’ordre des mots et aux mots de liaison (et, ou, dans…). Le mot et a très souvent une grande importance : il sert généralement à mettre en relation deux expressions. Par exemple, dans un sujet intitulé L’Europe et l’Asie, il ne faudra surtout pas traiter l’Europe et l’Asie chacune dans une partie, mais au contraire étudier les relations entre l’Europe et l’Asie, par exemple avec I. Des relations économiques inégales, II. Des relations politiques limitées et III. Des liens culturels et historiques.

A partir des mots clés du sujet, des mots de liaison et de ce que le cours vous permet de savoir des enjeux et des faits importants du thème concerné, trouvez une question fondamentale correspondant au sujet.

Un « truc » qui peut aider à la trouver : ajoutez En quoi… au début du sujet, cela donne parfois une autre vision du sujet. Autre « truc » : la question fondamentale doit être assez générale et forte pour permettre de rassembler en une phrase de nombreuses petits problèmes auxquels le sujet peut faire penser.

Ainsi, cette question centrale renvoie souvent à un grand problème sous-jacent au sujet, auquel le sujet peut faire penser. En résumé, elle est le problème central que pose le sujet.

La question fondamentale est une question (éventuellement plusieurs) qui permet de traiter le sujet et sert de structure à la composition : le plan doit permettre de répondre à cette grande question.

En fonction de la question fondamentale, du sujet et des vos connaissances, réfléchissez à un plan. Ce travail préparatoire s’effectue au brouillon. Le plan doit être logique et permettre à la fois de traiter le sujet, d’en exposer les grands points, mais aussi de répondre à la question fondamentale.

Le plan de composition classique compte, en France, trois parties. Il peut toutefois arriver qu’un plan en deux ou quatre parties soit pertinent.

Selon le sujet, plusieurs types de plan existent. Les principaux :

- Chronologique : si il est possible de dégager des périodes logiques dans un sujet.

Exemple : de 1914 à 1945.

I de 1914 à 1918 ( mondiale)

II de 1918 à 1939 (l’Entre-deux Guerres)

III de 1939 à 1945 ( mondiale)

- Thématique : le sujet est divisé en différents thèmes. Permet notamment de faire le point sur une période limitée ou sur un moment précis (sujet tableau ou sujet bilan.) Fréquent, notamment en géographie.

Exemple : au sortir de mondiale.

I L’économie française en reconstruction

II Une vie politique dominée par les anciens résistants

III Une société française affaiblie mais dynamique

- Dialectique (Thèse-antithèse-synthèse) : le sujet oppose un « pour » (la thèse), un « contre » (l’antithèse) et doit aboutir à une réponse nuancée (la synthèse, le « oui –ou non, mais »).

Exemple : La démocratie à Athènes.

 I Une démocratie réelle

II Une démocratie limitée

III ou Conclusion : Athènes, première démocratie mais démocratie imparfaite

- Plan-type de géographie (attention : pas toujours valable en géographie, mais parfois utilisable en histoire…) :

I Description

II Explication ou causes

III Limites, problèmes ou typologie

Amenez le sujet, soit en faisant référence à un événement précis (un événement d’actualité par exemple), soit par une phrase générale.

Puis présentez et analysez le sujet (intérêt, mots clés, où, quand, question(s) et thème(s) important(s) auquel(s) il fait référence).

Proposez une question fondamentale.

Annoncez le plan.

  • Construction de la composition et présentation de la copie

Recopiez le sujet en tête de copie, sans abréviations.

Sautez une ou deux lignes entre l’introduction, chacune des différentes parties et la conclusion.

Dans chaque grande partie (I II III), commencez par une ou deux phrases générales rappelant le thème de la partie (et éventuellement ses sous-parties.) Cela permet d’introduire la partie.

Dans chaque grande partie (I II III), allez à la ligne à la fin de chaque sous-partie (1. 2. 3. )

Rédigez une phrase de transition à la fin de chaque grande partie, pour conclure la partie et annoncer la suivante.

A l’intérieur de chaque sous-partie, il faut essayer de donner à chaque fois un exemple qui va appuyer et illustrer les principales idées.

Pensez bien à argumenter : rien n’est évident, il faut expliquer les points que vous évoquez.

Résumez d’abord la copie en insistant sur les deux ou trois points essentiels.

Puis répondez à la question fondamentale.

Ensuite, élargissez le sujet en ouvrant sur une autre question liée indirectement au sujet, ou sur sa suite logique (par exemple sur ce qui se passe après, en histoire). Attention toutefois à éviter les ouvertures sans rapport avec le sujet, ou les questions banales, aux réponses trop évidentes. N’oubliez pas qu’il s’agit de la dernière phrase lue par le correcteur, faites en sorte qu’il reste sur une bonne impression.

La Seconde guerre mondiale a renforcé le nationalisme des peuples colonisés et affaibli les puissances coloniales européennes. La France est confrontée à la radicalisation du nationalisme algérien et refuse toute idée d’indépendance . La violence de la guerre qui s’engage en 1954 ainsi que  sa durée jusqu’en 1962 montrent les difficultés des gouvernements français successifs à régler la question.

Il s’agit donc de comprendre pourquoi le mouvement de décolonisation qui s’engage dans le monde à partir de 1945 prend, en Algérie, ce caractère si particulier qui a encore aujourd’hui des répercussions dans les mémoires respectives.

Pour cela, nous analyser d’abord  la spécificité du contexte pour voir ensuite inexorablement l’engrenage vers la guerre  .

 

Ainsi, cette guerre est bien due à  une radicalisation des protagonistes et a été  longtemps dénommée par  les Français sous le terme d’« événements ». Elle a été marquée aussi par le changement de politique de la France avec de Gaulle. Elle aura, enfin, des conséquences lourdes sur l’avenir des relations entre les 2 pays  avec des mémoires individuelles et collectives toujours sensibles.

 

Autre plan possible 

 

  • I Origines
  • II Déroulement
  • III Conséquences

Partagez


Vous serez aussi intéressés par: