Skip to content

Difference Entre L Esprit Critique Et L Esprit De Critique Essay

nvivant écrit:
Très difficile de lancer une discussion de ce type sans une définition commune de "esprit critique". Je ne suis pas sûr que nous entendions la même chose et j'ai peur que le quiproquo nous guette. Peut-être qu'un œil sur cette page pourrait nous permettre de nous assurer que nous parlons de la même chose ?



Tout à fait d'accord.
Pour répondre d'abord à Pierrick, je veux en fait me questionner sur la mesure de l'esprit critique par la non adhésion aux thèses pseudo-scientifiques. C'est ce qui est sous-entendu implicitement par les auteurs que je cite et par un grand nombre de zététiciens et autres sceptiques il me semble. Or, même si cela m'arrange parfois de le penser, je ne trouve pas qu'il soit si facile que ça de le "prouver".

Ainsi, prendre pour échelle de mesure d'esprit critique le taux d'adhésion aux pseudo-sciences n'est pas valable scientifiquement je trouve. Parce qu'on peut très bien me dire : "Euh...donc vous estimer qu'il faut éduquer et développer l'EC chez les jeunes parce qu'ils en manquent. OK. Comment le savez-vous...? En vous basant simplement sur les enquêtes sociologiques diagnostiquant une forte 'croyance' aux PS ??? Mouais..."

ptranouez écrit:
tu t'interroges sur EC -> NON CPS. Et tu dis "ça voudrait dire que NON CPS -> EC, or c'est faux". Sauf que non, ça ne voudrait pas dire ça


Je voulais dire en fait que l'on sous-entend une défaillance de l'esprit critique par le fort taux d'adhésion aux PS. Donc, si je ne me trompe pas avec cette échelle de mesure, ça veut dire que moins on adhère, plus on a un esprit critique développé. En poussant le bouchon, on arrive à : taux d'adhésion 0% = esprit critique au top !

Alors commençons par définir esprit critique. Pour cela, je vous conseille, bien que wiki reste une bonne référence sur ce thème, les travaux de Jacques Boisvert (québécois) qui a travaillé une bonne partie de sa carrière de psychologue sur La formation à la pensée critique.

Dans un manuel qui porte ce même titre(De Boeck Université, 1999), il propose plusieurs définitions d'auteurs anglo-saxons : Ennis, Paul, Siegel, Mc Peck, Lipman.

Je vous en cite une, celle d'Ennis apr exemple : pensée critique = ensemble de capacités et d'attitudes interdépendantes orientées vers l'appréciation des idées et des actions.

Ce que j'ai retenu et qui me semble pertinent, c'est de distinguer pensée critique d'esprit critique en précisant que, pour schématiser :
pensée critique = (attitude critique, le savoir être : l'esprit critique) + (les habiletés, capacités à agir, juger, bref le savoir-faire : il y a une liste donnée)

Souvent lorsque nous discutons d'esprit critique, on ne précise pas de quoi il s'agit : capacité ou attitude ?

Vous devez peut-être savoir qu'il existe des tests d'esprit critique ( le Cornell Critical Thinking Test Series, le Ennis-Weir critical thinking essay test, etc.)
Disons que ce sont des évaluations censées tester la partie capacités. Un peu comme si on demandait à un zététicien de repérer les arguments moisis dans un texte ou discours quelconque.
Evidemment, cela ne ne permet en aucun cas d'évaluer si la personne sera capable d'appliquer son savoir-faire en dehors de ce test. Encore moins de savoir si elle a tendance à avoir une attitude critique.

Et c'est cela qui est complexe à mon goût. Comme disait Yves, on peut très bien adhérer aux PS et faire preuve d'un très bon esprit critique (ou devrais-je dire de très bonnes capacités à critiquer).

Voilà pourquoi je pense qu'affirmer que le taux d'adhésion aux PS ne peux pas permettre d'affirmer que la population manque d'esprit critique...

En espérant n'avoir pas été trop brouillon :)
A+
Denis

L’esprit critique, l’expression même évoque des émotions et une impression d’applications fastidieuses et pas très agréables.
Nous évoluons dans une culture qui est plus habitué au ‘sensationnalisme’ et à l’émotionnel qu’à la pensée critique, cohérente et ciblée. En fait, la majorité n’aime pas penser, elle se plait à se divertir. Elle exige la distraction et préfère qu’on lui dise quoi croire que de réfléchir activement, enquêter et arriver à ses propres conclusions. Pourquoi?

Les êtres humains, dès leur naissance, sont conditionnés à suivre des figures d’autorité et de ne pas remettre en question leurs déclarations. Ce conditionnement est effectué, à leur insu, par les parents, les enseignants et ainsi de suite par le biais de diverses techniques de renforcement positif et négatif. La majorité atteint le stade adulte dans cette forme conditionnée, après avoir été moulé dans un ensemble d’hypothèses et de croyances que l’idée d’un esprit critique est sans appel pour eux.

Il se peut qu’une société ne soit viable qu’en tolérant un petit nombre de penseurs critiques. Ce qui est sûr, c’est que la plupart des gens sont des adeptes de “l’autorité” : la majorité n’est pas curieux et ne remet pas en cause les figures d’autorité qui prétendent détenir des connaissances particulières et universelles. La plupart des gens, par conséquent, ne pense pas par eux-mêmes, mais comptent sur les autres pour penser à leur place.
La majorité des gens se livre à des voeux pieux, plein d’espoir, croyant que ce qu’ils croient est vrai, parce qu’ils le souhaitent, l’espèrent. Ainsi, la majorité des gens ne pense pas de façon critique.

La encore, il se peut que nous n’ayons pas besoin que tout le monde réfléchisse de manière critique, peut-être que les bonnes personnes aux bons endroits seront suffisantes pour créer le levier qui créerait un changement.

Peut-être qu’un monde d ‘auto-conscience collectif, où les individus seraient tous dotés d’un esprit critique est une douce fantaisie utopique. Peut être une telle société serait possible. Le temps nous le dira…

Quelle définition pouvons nous donner à l’esprit critique ?

La pensée critique pourrait être la recherche de la connaissance précise et fiable des événements, des situations qui se produisent. Elle est raisonnable, réfléchie, responsable et habile qui permet d’identifier ce qu’il faut croire ou ce qu’il faut faire. L’esprit critique met de coté toutes croyances, idées, idéologies dans le but de poser des questions justes afin de recueillir des informations lui permettant de tirer des conclusions fiables pouvant remettre en cause le statu quo, des croyances traditionnelles, découvrir de nouvelles informations.

L’esprit critique est la capacité à penser clairement et rationnellement. Comprendre les liens logiques entre les idées. Identifier, construire et évaluer des arguments et détecter les incohérences et les erreurs courantes dans le raisonnement.

La pensée critique peut et doit nous aider à acquérir des connaissances, améliorer nos théories et renforcer nos arguments. Nous pouvons utiliser notre esprit critique pour améliorer les processus de travail et améliorer les institutions sociales.

Esprit critique et créativité

Certaines personnes pensent que l’esprit critique empêche la créativité car il est nécessaire de suivre certaines règles de logique et de rationalité. C’est une idée fausse. L’esprit critique est tout à fait compatible avec la pensée créative. L’esprit critique est un élément essentiel de la créativité car nous avons besoin d’un esprit critique pour évaluer et améliorer nos idées créatives.